8 mythes sur la dyslexie

Les mythes entourant la dyslexie sont nombreux. Plusieurs personnes ne savent pas ce qu’est la dyslexie et comment elle se manifeste. C’est un trouble complexe et difficile à comprendre. C’est pourquoi j’aime parler de ce trouble du point de vue du parent.

Je vous propose ici 8 mythes entourant la dyslexie chez les enfants. Bien sûr, il y en a d’autres, mais ceux-ci m’apparaissent assez fréquents. À la fin de cet article, je vous propose d’autres ressources pour vous aider à mieux comprendre la dyslexie de votre enfant.

Voici une liste de 8 mythes entourant la dyslexie chez les enfants.
Vite, épinglez-moi sur Pinterest!

1- Tous les dyslexiques mélangent les lettres.

Faux. Certains le font, d’autres pas. Plusieurs enfants intervertissent des lettres au début de l’apprentissage de la lecture et cela ne veut pas dire qu’ils seront dyslexiques.

2- Ça va passer! Faut juste qu’il mature!

Faux. Quand quelqu’un est dyslexique, il le sera toute sa vie. Toutefois, il s’améliorera!! Avec de la patience, de la persévérance, des mesures adaptées et un enseignement adapté, l’enfant pourra réussir à l’école. Il développera ses stratégies et pourra utiliser la technologie pour l’aider.

3- La dyslexie est un problème de la vue.

Faux. Je l’ai entendu dernièrement. Non, l’optométriste ne pourra pas guérir la dyslexie d’un enfant.

4- Il n’y a pas de signes précurseurs de la dyslexie avant l’entrée à l’école.

Faux. Plusieurs signes peuvent laisser présager une dyslexie. Puisque la dyslexie est présente à la naissance, des signes seront présents dès la petite enfance. C’est surtout après avoir reçu le diagnostic officiel (généralement vers la 2e ou 3e année) qu’on peut se remémorer tous les signes qui étaient présents avant l’entrée à l’école.

5- Les dyslexiques ne pourront pas aller à l’université.

Faux. Les dyslexiques peuvent aspirer à fréquenter l’université si c’est ce qu’ils veulent. Pourquoi pas! Ils sont aussi intelligents que les autres. Avec les adaptations nécessaires, tout est possible.

6- L’écriture en miroir est un symptôme de dyslexie.

Faux. L’écriture en miroir (comme écrire « r » à l’envers) est commune lors de l’apprentissage de la lecture. Cela ne veut pas dire que l’enfant est dyslexique.

7- Les parents d’enfants dyslexiques ne font pas assez d’efforts pour aider leur enfant à l’école ou pour lui lire des histoires.

Faux. La dyslexie touche toutes les classes sociales et toutes sortes de famille. Un enfant naît dyslexique et même si le parent lui fait la lecture et l’aide quotidiennement dans ses apprentissages, la dyslexie ne disparaîtra pas. Si l’enfant n’a jamais vu un livre de sa vie en entrant à l’école ne fera pas de lui un dyslexique s’il ne l’est pas.

8- Les enseignants vous le diront s’ils voient des signes de dyslexie.

Faux. Les enseignants n’ont malheureusement pas de formation spécifique pour détecter les signes de la dyslexie. Ils ne reçoivent pas la formation nécessaire pour enseigner aux enfants dyslexiques.

Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas lu sur le sujet ou qu’ils ne savent pas ce que c’est. Je dirais que c’est variable. C’est souvent le parent qui trouvera que son enfant semble avoir trop de difficultés et qui cherchera à comprendre ce qui ne va pas. Le parent doit être aux aguets, surtout s’il y a déjà de la dyslexie dans la famille.

 

Articles supplémentaires sur les mythes entourant la dyslexie

Le livre Laisse-moi t’expliquer la dyslexie de Marianne Tremblay et Martine Trussart
Mythes sur la dyslexie
du site Maman pour la vie.
Liste de plusieurs mythes entourant la dyslexie par Chantal Legault, orthopédagogue.
Myths and Truths About Dyslexia du Yale Center for Dyslexia & Creativity.

 

Quels autres mythes sur la dyslexie avez-vous entendus?