Apologie de la bande dessinée

La bande dessinée est encore aujourd’hui injustement perçue comme un choix de lecture inférieur (mais de moins en moins).

Même si nous sommes en 2016, je constate que la BD n’est pas encore considérée comme une lecture aussi valable que le roman. Pourtant l’un et l’autre ont autant de valeur. Le roman offre les mots tandis que la BD a l’image en plus. Si nous sommes attentifs, on pourra voir que dans le dessin, il y a de nombreux détails qui enrichissent la compréhension de l’histoire.Parfois, seul le dessin parle et aucun mot n’est nécessaire pour transmettre l’émotion et parfois c’est la narration qui explique le dessin.
Je crois aussi que la BD peut permettre aux enfants d’acquérir des compétences en lecture. Mais bon, je n’ai pas de données probantes à étaler ici, mais la BD a indéniablement amélioré les compétences en lecture de mes enfants en plus de leur procurer du plaisir!

« Ne lisez pas juste des BD! »

J’ai récemment entendu une personne dire : « Ne lisez pas juste des BD! », en parlant des choix de lecture des enfants. Je ne croyais pas que la BD était encore, pour certains, une lecture moins importante. Le message envoyé aux enfants était donc que leur choix de lecture n’était pas valorisé. Inutile de dire que je n’ai jamais entendu quelqu’un dire : « Ne lisez pas juste des romans! » 

Bien sûr, il existe de bonnes et moins bonnes BD, tout comme le roman d’ailleurs, donc là n’est pas le problème. Le problème vient peut-être de la perception (erronée) qu’une vraie lecture n’est pas la lecture d’une BD. Pourtant, lire des BD ouvre les horizons, nous fait comprendre des réalités différentes, nous sensibilise à des causes, nous fait rire et même peur. De plus, la BD au Québec est de grande qualité et de plus en plus de personnes s’y intéressent, notamment grâce à la popularité de la série Paul et de la BD pour ados Les Nombrils.

Je salue également Marie-Hélène Marcoux, conseillère pédagogique à la commission scolaire des Navigateurs (Chaudière-Appalaches) qui a compris le pouvoir didactique de la BD. Elle a écrit un livre pour les écoles à ce sujet : La BD au secondaire paru chez Chenelière. L’ouvrage propose des ateliers autour de BD québécoises (Jane, le renard et moi de la fabuleuse Fanny Britt et Paul a un travail d’été de Michel Rabagliati) afin d’aider les jeunes à interpréter les oeuvres et à les sensibiliser à certains aspects qui les touchent, comme l’intimidation ou la vie adolescente.

bd-vieetc

Le Québec et la BD!

Juste pour vous faire voir que la BD est bien présente et surtout importante :

Au Québec, un programme en bande dessinée unique est offert à  l’École multidisciplinaire de l’image (Université du Québec en Outaouais). Il existe aussi une revue québécoise consacrée à cet art littéraire et qui met en vedette des créateurs d’ici : Planches a vu le jour en 2014 et est publiée quatre fois par année. Il y a aussi des festivals qui célèbrent la BD dont le Rendez-vous BD de Gatineau, le Festival BD de Montréal, le Festival de la BD francophone de Québec et le Festival de la BD de Prévost. Des éditeurs offrent exclusivement des BD dans leur catalogue dont Pow Pow, La Pastèque, La mauvaise tête, Mécanique généraleFront froid et c’est sans compter les autres maisons d’édition dotées de collections consacrées à la BD.

Pour en savoir davantage sur l’histoire de la BD, la BD de genre ou obtenir des suggestions, consultez l’excellent dossier BD fait par l’Associaton nationale des éditeurs de livres.

Pourquoi lire de la BD?

Parce que :

  • c’est un art littéraire à part entière.
  • c’est un merveilleux moyen d’intéresser les enfants, les adolescents et les adultes à la lecture.
  • ça développe le sens esthétique (plein de styles et de coups de crayon différents!).
  • ça fait beaucoup réfléchir et ça permet de faire comprendre aux lecteurs des réalités différentes de la sienne (tout comme le roman, mais avec l’illustration en plus!).
  • ça développe notre imaginaire.
  • ça se lit rapidement si on a moins de temps.
  • c’est un merveilleux outil pour faire aimer la lecture!

Sur ce, je crois que je vais me faire plaisir et aller m’acheter la nouvelle BD de Guy Delisle, S’enfuir et qui parle d’une prise d’otage…

Et de votre côté, lisez-vous des BD?