Mission possible pour enrichir le vocabulaire des enfants dyslexiques

On le sait, bien lire permet d’enrichir son vocabulaire, d’articuler sa pensée, de résoudre des problèmes et certainement de mieux réussir à l’école. Mais qu’en est-il pour les dyslexiques? Comment peuvent-ils bâtir un vocabulaire riche s’ils lisent moins et moins vite que leurs camarades de classe?

Le Yale Centre for Dyslexics & Creativity nous donne quelques trucs pour aider les enfants dyslexiques à développer cet aspect dans l’article How Can Parents Build a Word-Rich Life for Dyslexics.

child-684580_1280

Lire à voix haute à son enfant régulièrement

« Listening to books read aloud allows students to have access to stories that are out of their reading range but within their comprehension zone. »

Pour la lecture à voix haute, il est recommandé de choisir un livre que votre enfant ne pourrait pas lire par lui-même, un livre au-dessus de son niveau actuel, mais qui sera compris par lui. La lecture à voix haute permet à l’enfant d’avoir accès à un texte plus complexe qui lui permettra d’enrichir son vocabulaire, de comprendre les sons que font certaines combinaisons, d’accéder au sens et d’imaginer l’histoire dans sa tête. Les enfants ont aussi plus tendance à poser des questions quand on leur lit des histoires. En questionnant, ils comprennent mieux!

Il ne s’agit pas ici de faire de la lecture en alternance avec son enfant puisque le livre choisi doit être au-dessus de son niveau de lecture actuel. La lecture en alternance est idéale lorsque le livre est adapté au niveau de l’enfant.

Preuve à l’appui. J’ai lu à mon fils le livre Le secret des dragons de Dominique Demers. Ce livre n’était vraiment pas de son niveau, mais l’histoire se prêtait très bien à la lecture à voix haute. Il a adoré se faire raconter l’histoire et nous avons pu beaucoup échanger. Il est important de choisir des livres avec des thématiques qui passionnent votre enfant. Pirates, sirènes, dragons, aventure, science-fiction, peu importe, pourvu que la lecture soit vivante!

 

Inclure l’enfant dans les discussions entre adultes

Les enfants dyslexiques bénéficient grandement des discussions entre adultes. On peut notamment leur demander leur opinion sur un sujet et les inclure dans la conversation. Ces échanges augmentent leurs connaissances et leur vocabulaire tout en développant leur pensée critique et leur logique. On peut aussi demander à l’enfant de raconter quelque chose. Relater un événement leur permet de trouver le vocabulaire adapté et d’ordonner leurs idées.

Enrichir son vocabulaire grâce au visuel

Apprendre les mots de vocabulaire fournis par le professeur est très souvent ardu pour les dyslexiques. Les mots listés, s’ils ne sont pas mis en contexte, sont vides de sens. Illustrer les mots aiderait les dyslexiques à retenir plus facilement les mots.

« Vocabulary instruction is best when it involves having students draw a symbolic or realistic representation of the word. It requires them to make meaning from a word in a way that memorization of a definition does not. « 

J’ai déjà rédigé un billet à ce sujet : Apprendre des mots de vocabulaire : quelques trucs pour la maison. C’est effectivement vrai que le dessin favorise la mémorisation en plus d’être ludique!

IMG_20150906_085750-3

Le contexte autour du mot est roi

Pour comprendre les mots, il faut du contexte, le contexte donne du sens à ce qu’on lit. J’ai souvent entendu mon fils lire des textes où il tentait de deviner la fin de certains mots. Il devinait très souvent de façon juste, car le contexte de l’histoire lui avait donné la clef.

Bref, un enfant dyslexique lit en général moins, mais heureusement, il existe des moyens pour l’aider à développer son bagage de connaissances.