En cette journée de célébration du livre

Chez nous, on lit. On lit par plaisir et pour s’informer.

J’écoutais ce matin une entrevue de Bryan Perro dans le cadre de la 20e Journée mondiale du livre et du droit d’auteur et il a dit une chose très importante : quand on entre le livre tôt dans la vie des enfants, ils en gardent l’habitude. La lecture permet de développer leur créativité et leur imagination.

Lire c’est aussi contrer le décrochage scolaire. Les lecteurs réussissent mieux à l’école. Un article stipule en effet que « l’initiation à la lecture chez les enfants âgés entre 2 ans et 6 ans influence grandement le développement et la préparation scolaire. C’est ce qui ressort d’une analyse du professeur émérite à l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), Gilles Pronovost. » (La lecture un facteur de réussite scolaire, La Presse, juillet 2013).

Pour mon fils, la lecture est moins ardue, et ce, grâce aux multiples sessions d’orthopédagogie et grâce au fait que le livre et la lecture ont toujours fait parties de nos vies. C’est un superhéros de la lecture, car pour chaque difficulté, il doit déployer beaucoup d’efforts pour arriver à combiner tous ses apprentissages. Malgré tout, il aime toujours autant les livres. On aurait pu craindre le pire, en effet, car petit bonhomme aurait très bien pu balancer les livres et rejeter tout ce qui concerne la lecture. Je crois bien que si le livre n’avait pas été introduit tôt dans sa vie comme l’a souligné Bryan Perro, je crains que la pente aurait été encore plus ardue à escalader. Aimer lire même si on a des difficultés en lecture, c’est possible.

Ces temps-ci sa mission (son terme à lui) est de lire toute la série Les Légendaires! Il avance bien et persévère. Il lit tous les soirs au moins 20 minutes avec une concentration admirable. Cette bande dessinée a été un grand coup de coeur de notre famille!