Notre histoire de paternité

Après avoir entendu cette chronique sur la valorisation de la paternité, j’ai pensé raconter notre histoire de paternité.

Un papa hors du commun

Mon mari presque irréprochable a pris 6 mois de congé de paternité pour s’occuper de notre fille pendant que je travaillais. Tous le trouvaient extraordinaire et exceptionnel. Un animal rare, quoi! C’était en 2006. Papa et bébé fille ont donc passé du bon temps ensemble. C’était assez inusité qu’un papa prenne un congé aussi long et ne semble pas être très populaire encore aujourd’hui. Je ne connais aucun papa qui a pris plus de 5 semaines depuis cette politique. Je crois que les mamans veulent généralement leur congé au complet.

Alors, avant de retourner travailler après 6 mois, j’ai accumulé une quantité industrielle de lait maternel, car je voulais absolument que ma fille boive de mon lait le plus longtemps possible. C’était ma façon de faire une douce transition. Je continuais aussi à tirer mon lait le midi au travail.

Avant que mon mari très dévoué prenne la relève après le premier six mois, je participais à des rencontres de groupes de mamans au CLSC. À ma dernière rencontre avec ce groupe de mamans, je leur ai demandé si c’était ok si mon mari venait lors des prochaines rencontres avec notre fille? Elles m’ont toutes dit oui bien sûr! Mon mari pas gêné du tout est donc allé à ces rencontres parler maternité, heu… paternité. Il a fait sa place et il a été bien accueilli.

Lors d’un récent voyage d’affaires de mon mari très travaillant à Seattle, il a parlé de sa petite famille à des collègues américains et il leur révéla l’inavouable : il avait pris 6 mois de congé de paternité pour notre fille!!! Étonnement et stupeur!!! Quelque chose d’inconcevable pour les États-Unis. Un congé de maternité et/ou de paternité : concept pas très répandu chez les Américains, surtout que leurs congés de maternité ne sont pas payés, sauf si vous avez un bon employeur (qui vous donnera quelques semaines payées). En lisant cet article qui compare les politiques de différents pays, on peut voir que le Canada fait bonne figure. En revanche, les États-Unis, le Swaziland, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Libéria sont les 4 pays ou il n’y a pas de congés payés offerts par l’état. Pour les couples de même sexe, seuls quelques pays offrent des compensations, dont le Canada et seuls quelques pays acceptent que le congé soit partagé entre les 2 conjoints (Canada inclus).

Le père au Québec peut vraiment prendre part à la vie de ses enfants. Il est vrai cependant que l’éducation est plus souvent accolée à la mère. Un exemple : quand un professeur ou autre intervenant téléphone chez nous pour discuter de mon fils, c’est à moi, la mère, qu’ils demandent de parler, même si c’est mon conjoint qui répond au téléphone. C’est une question d’habitude, mais qui tend à changer, car les papas sont de plus en présents aux réunions d’école.